Toute l'actu nationale de la Fédération et du don du vivant : sang, moelle osseuse, gamètes...

L'actualité nationale

LFB : Une nouvelle usine à ARRAS

Le grand projet tant attendu est lancé : la construction d’une nouvelle usine dédiée aux médicaments dérivés du plasma.

Qu’est-ce que l’autotransfusion ?

L’autotransfusion, que l’on appelle aussi la transfusion autologue, n’est pas un don de sang. Elle consiste à prélever le sang d’un patient avant ou pendant une intervention chirurgicale, pour le lui réinjecter, s’il en a besoin, pendant ou immédiatement après l’opération. La personne se fait ainsi prélever le sang pour elle-même.

Groupes sanguins : introduction

Le sang est considéré comme étant un tissu liquide qui a une composition cellulaire identique d’un individu à un autre. Toutefois, existe une variabilité des divers éléments du sang appelée polymorphisme. Elle est à l’origine de l’impossibilité de transfusion entre certains groupes de personnes.

Les risques d’une transfusion non-compatible

Une transfusion sanguine non entièrement compatible comporte des risques très rares :

Portrait chinois : Roger PRAILE !

On commence ce week-end avec notre tout premier portrait chinois !

Le questionnaire pré-don est-il trop intrusif ?

La première étape de la sécurité transfusionnelle consiste à répondre à un questionnaire de 4 pages. Y compris pour les donneurs de plasma qui donnent toutes les deux semaines, ce qui peut être vu comme rébarbatif. Peut-on faire plus simple ?

Focus sur les globules blancs

Les lymphocytes représentent la seconde catégorie des globules blancs dans le sang où ils sont au nombre de 2 000-2 500 par mm3, soit le tiers des globules blancs.

Les conséquences de la transfusion sur l’organisme

Les transfusions sanguines ont un rôle majeur et sauvent de nombreuses vies. En particulier dans le contexte chirurgical, pour lutter contre une anémie péri-opératoire ou une hémorragie. Mais les produits sanguins ne sont pas des médicaments comme les autres : ils exposent le patient à des risques particuliers.

La découverte du groupe sanguin Diego

En 1955 à Caracas, capitale du Venezuela, en Amérique du sud, une femme, Madame Diego accouche d’un nouveau-né atteint de la maladie hémolytique du fœtus et du nouveau-né. Cette maladie grave se caractérise par la destruction ou hémolyse des globules rouges du fœtus puis du nouveau-né, par les anticorps sécrétés par la mère.

Comment adapte-t-on la collecte de sang aux variations des besoins ?

En suivant chaque jour l’état des réserves en produits sanguins, au niveau régional et national.

L’histoire du plasma lyophilisé à la française

Tout commence durant la seconde guerre mondiale. Le médecin général Jean Julliard a pour mission d’approvisionner en sang les unités de la campagne d’Italie. Pour ce faire, il utilise du plasma cryodesséché produit par les américains.

Les besoins transfusionnels français tendent à augmenter

La sensibilisation au don de sang porte, depuis des décennies, sur les besoins de sang pour les accidents de la route. Nous pourrions donc croire que depuis la forte baisse de l’accidentologie en France, les besoins ont eux aussi baissé. C’est vrai qu’il y a moins d’accidents graves de la circulation. Mais les besoins ont augmenté ces dernières années et vont continuer à augmenter, pour deux raisons essentielles :