FFDSB/ octobre 24, 2020/ Actualités, En page d'accueil, Nationale/ 0 comments

Jacques GROLEAU donne son sang depuis 51 ans. Il nous partage son expérience.

Comment s’est passé votre premier don ?

J’étais avec mon frère aîné dans la banlieue de Saint-Malo, en 1968, sur notre lieu de vacances. Nous sommes passés près d’un camion de collecte mobile. Moi je n’avais jamais entendu parler du don de sang. A l’époque, le don faisait près de 300 millilitres, ce qui était très peu. Tout ce dont je me souviens, c’est que cela s’était bien passé. Mais mon frère, qui avait des difficultés pour donner, avait été un peu pâle.

 

Comment êtes-vous devenu donneur régulier ?

5 ans après, je suis monté à Paris, et je suis allé une fois au CHU de Necker Enfants Malades. Ils m’ont écrit pour m’inciter à devenir un donneur hyperimmunisé en donnant par aphérèse. Ce que je ne connaissais pas… Et ça s’est bien passé aussi. J’ai pu donner tous les mois.

 

Avez-vous pu donner toute votre vie ?

Je ne pouvais pas alterner les bras. Au bout de 48 ans, la veine a commencé à refuser. Il a fallu espacer les dons, mais j’ai pu continuer à donner quand même. L’aphérèse est possible jusqu’à 65 ans, et je suis revenu au don total à partir de cet âge. J’ai donc pu donner tous les 2 mois, au point de totaliser 320 à douze mois de mon 71e anniversaire. 

 

Quand êtes-vous devenu bénévole ?

A l’occasion de la remise du diplôme de 7e niveau, pour 200 dons et plus. J’ai remercié l’association de donneurs bénévoles de sang de Paris, et j’ai incité tous les donneurs de sang à continuer leur engagement. Après la cérémonie, j’ai discuté avec les membres de l’association, et les ait rejoints peu après. J’étais présent lors des collectes, sous chapiteaux à l’époque, et il y a deux ou trois ans, je suis devenu Chevalier du Mérite du Sang. C’est d’ailleurs à cette occasion que j’ai rejoint le conseil d’administration de l’ADBS de Paris.

 

Avez-vous des conseils pour les volontaires au don de sang ?

Donnez en aphérèse pour pouvoir donner votre sang le plus souvent possible.

 

Un dernier mot ?


Suivez les recommandations médicales de l’EFS : en une heure de don total, vous pouvez sauver 3 vies.

Share this Post

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.