ffdsb/ juillet 18, 2020/ Actualités, En page d'accueil, Nationale/ 0 comments

Une étude prouve désormais ce qui pour le moment semblait l’évidence : une personne infectée par le Covid-19 contamine les objets qu’elle touche, même lorsqu’elle ne montre pas de symptômes.

Parmi les objets concernés, les prélèvements se sont avérés positif sur les interrupteurs, poignées de porte, robinets, lunettes des toilettes, tout particulièrement les oreillers et draps, mais également les fenêtres et les sols – une étude différente ayant désormais prouvé que les chaussures dispersent le virus des lieux particulièrement contaminés.

Les auteurs de l’étude ont donc fait la découverte tant attendue. « Les patients pré-symptomatiques ont un rejet de charge virale élevé et peuvent facilement contaminer leur environnement ».

La charge virale est la quantité de virus présente dans l’organisme. Plus la quantité est élevée, plus l’individu risque de transmettre la maladie. Cette charge virale dépend des individus : certains seront plus contaminants que d’autres, qu’ils montrent des symptômes ou non. Car aussi surprenant que cela puisse paraître, des chercheurs ont montré qu’il n’y a pas de différence entre la charge virale entre des patients symptomatiques et asymptomatiques.

Être contaminant avant de montrer des symptômes et avoir une charge virale plus ou moins élevée conduisent d’autres chercheurs à identifier les individus à charge virale élevée et ayant été présents dans des endroits très fréquentés. Selon l’auteur principal de l’étude, « il y aurait un avantage substantiel à se concentrer sur ces supercontaminateurs. Comme la plupart des individus infectés ne contribuent pas à l’expansion de l’épidémie. Le nombre effectif de transmissions pourrait être considérablement réduit en prévenant les événements de superpropagation relativement rares ».

La recherche sur la Covid-19 évolue rapidement. Retrouvez deux fois par semaine le point d’information de l’INSERM.

 

Share this Post

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.